Grand Chelem Marathon

Un défi unique pour une cause unique : Un marathon sur chaque continent au profit des enfants malades.

Semaine polaire - le marathon - 8 et 9 avril 2011

Sous le soleil de minuit

Le départ est donné à 22h sous le soleil de minuit. Au coup de starter, les 27 concurrents de l’édition 2011 s’élancent dans un joyeux mélange pour découvrir la boucle de 3 kms que nous allons parcourir 14 fois pour ce marathon et couvrir la distance officielle des 42,195 kms. 

départ du marathon du pole nord 2011

La première partie de la boucle emprunte environ 300 mètres de la piste d’atterrissage. Le terrain est plat et le vent souffle de face sur cette partie. La suite se court sur une longue zone de glace ondulée, mais relativement épaisse, avant de rejoindre des passages beaucoup plus cassants, une succession de petits monticules à travers lesquels il est moins facile de rester à la verticale. Nous sommes d’ailleurs plusieurs à tomber dans ces passages où le sol se dérobe parfois.  

Marathon du Pôle Nord 2011 Marathon du Pôle Nord 2011

Sur cette seconde partie de la boucle, le soleil brille sur notre gauche. Les ombres s’allongent sur la glace et le décor se dessine en contre jour. Des sculptures naturelles et glacées aux formes singulières et étranges.

Marathon du Pôle Nord 2011 Marathon du Pôle Nord 2011

Les passages suivants sont plutôt tracés en devers. L’équilibre est de nouveau difficile à garder. La glace est également beaucoup plus mince à cet endroit et les fissures sont presque apparentes. On distingue des zones translucides, mieux vaut ne pas s’écarter des petits fanions rouges qui balisent le parcours.

Marathon du Pôle Nord 2011

Un peu plus loin, on retrouve à nouveau une glace très dure sous les pas, et plus marquée au niveau du relief. Un vrai casse pattes qui va user les jambes au fil des tours. 

Sur ce passage le soleil vient de la droite et on distingue au loin le camp et la banderole qui marque la fin de la boucle.

Marathon du Pôle Nord 2011

Les 6 premiers tours se passent bien. Nous sommes 5 à courir relativement groupés. Devant, 5 autres concurrents ont pris la tête. 

Marathon du Pôle Nord 2011

J’ai pris le parti de m’arrêter à chaque tour au ravitaillement, pour une gorgée rapide de boisson chaude et un morceau de barre énergétique. La température qui était de -32°C au départ s’est progressivement abaissée à -36°C et la sensation de froid est très présente dès que l’on ralentit. La remontée de la piste et d’une partie de la boucle  vent de face accentue encore la sensation. Le givre s’est formé rapidement sur le masque, cagoule et bonnet et la veste s’est rigidifiée au fil des tours. Je veille malgré tout à garder humide le tour de cou que j’ai devant la bouche, pour éviter de respirer un air trop sec qui irrite les bronches.

Marathon du Pôle Nord 2011

Au 7ème tour, alors qu’il reste encore près de 25 kms à courir, les premières crampes apparaissent. Je ne comprends pas pourquoi cela arrive si tôt, vu la préparation et l’entrainement de ces dernières semaines. Contraint de m’arrêter, je constate que la glace s’est formée sur mes jambes entre le collant chaud et le pantalon sans doute trop parfaitement isolant ! Le médecin présent sur la course me recommande de remettre des vêtements secs pour éviter que le problème ne s’aggrave. Je repars après un change « express » de plusieurs minutes quand même. Pas simple de se déshabiller par ce froid, avec les mains engourdies et avec déjà 3 heures de course dans les jambes !

Dans l’intervalle, j’ai perdu mes compagnons de course. Je suis totalement seul sur le parcours. Je n’entends plus le moindre bruit, c’est vraiment le silence total, à part le son de mes pas sur la glace. Un son d’ailleurs très variable selon l’épaisseur et la nature du sol, le sens du vent, les fissures sous jacentes qu’on apprend à deviner et éviter. Je prends vraiment plaisir à apprivoiser la glace. A la lire et l’écouter. Ca chante, ça craque, ça crisse... au fil des tours, j’aurais vite mes passages « musicaux » préférés !

Marathon du Pôle Nord 2011

Au bout de 5h30 et 11 tours, je décide de ne plus m’arrêter au ravitaillement. La course devient vraiment très dure. J’ai fini par trouver un rythme qui me permet de continuer, mais je sens bien que la moindre pause risque d’être fatale. A partir de maintenant, c’est jusqu’au bout !

Les 3 dernières boucles me paraissent interminables, environ 30 minutes par tour, Richard m’indique que nous sommes encore 20 à courir…alors on s’accroche ! 1h30 à gamberger sur tout ce qui m’a amené à courir ce marathon du Pôle. Les enfants de l’association auxquels je pense beaucoup, moi, j’ai choisi de me mettre dans ces conditions difficiles, eux non. Que sont ces quelques heures en regard de leur parcours pour vaincre la maladie ? Je pense aussi à la famille, aux amis, à mes partenaires et nombreux soutiens de ces derniers mois… voilà où l’on puise l’énergie des derniers tours.

Je termine finalement en 7h07, en 15ème position. A peine franchie la ligne d’arrivée, Mike veut faire des photos et Dave veut filmer…

Marathon du Pôle Nord 2011 Marathon du Pôle Nord 2011

J’ai du mal à me concentrer sur les questions en anglais. Je suis vraiment très fatigué et surtout gelé.

Marathon du Pôle Nord 2011

Je ne sens plus mes mains. J’ai hâte de retrouver un peu de chaleur et de m’abriter sous la tente. Richard me félicite d’être arrivé jusqu’au bout, inquiet de l’état de mes jambes dès le 6ème tour…

Les autres concurrents continuent de tourner. On les voit passer au ravitaillement, de plus en plus gelés. Les pauses sont longues au moment d’affronter les derniers tours. On s’encourage, on se motive, il faut finir, c’est le leitmotiv. Finalement, tout le monde terminera la course, dont le dernier en 9h20. Chacun connaitra le bonheur de franchir la ligne d’arrivée et déployer les couleurs du pays et de son association !

Marathon du Pôle Nord 2011 Marathon du Pôle Nord 2011 

Le marathon du Pôle Nord : 42,195 km de froid, de vent, de glace et d’espoir au sommet du monde.